Méthodologie de l’épreuve écrite : l’analyse du corpus et la réponse à la question préalable (ou de corpus)

Publié le par Yann Le Texier

Méthodologie de l’épreuve écrite :  l’analyse du corpus et la réponse à la question préalable (ou de corpus)

La première partie de l’épreuve de Français invite le candidat à découvrir entre deux et quatre documents et à répondre à une ou deux questions d’observation et d’analyse de ceux-ci. Il est conseillé de ne pas passer plus d’une heure (trente minutes de travail au brouillon, trente minutes de rédaction) sur cette partie afin de pouvoir consacrer trois heures à l’un des trois sujets choisis ensuite.

Etape 1 : Prendre connaissance des documents :

* Identifier le ou les objets d’étude abordés (ils peuvent être croisés) : la question de l'Homme dans les genres de l'argumentation du XVIè à nos jours ; le texte théâtral et sa représentation du XVIIè siècle à nos jours ; le personnage de roman, du XVIIè siècle à nos jours ; écriture poétique et quête du sens du Moyen-âge à nos jours.

* Identifier la nature des documents : on peut vous proposer :

- des textes littéraires appartenant à des époques, des genres ou des registres différents, en rapport avec les objets d’étude de 1ère : extraits de romans, de pièces de théâtre, d’essais, de contes philosophiques, de fables, de dialogues philosophiques, de poèmes.

- plus rarement : des documents apportant un éclairage sur ces textes, sur leur auteur ou sur leur contexte : articles de dictionnaire ou d’encyclopédie, préfaces, arts poétiques, articles de presse, extraits de critique ou de correspondance littéraire, de scénario de film, indications de mise en scène pour le théâtre, etc.

- des documents iconographiques : reproductions de tableaux, photographies de représentations théâtrales, dessins de presse, etc.

* Observer le paratexte des documents : auteur, chapeau introductif, notes, dates de création ou de publication, etc. Cela peut aider à mieux cerner le sens et les enjeux d’un texte.

Etape 2 : Comparer les documents :

Les documents peuvent comporter des points communs ou au contraire des différences, tous ayant leur spécificité de toute manière. Il faut cerner la cohérence du corpus, les objectifs des créateurs du corpus en rassemblant ces textes.

Que comparer ?

* la nature, le genre des documents (cf. ci-dessus).

* l’époque des textes (qui peuvent tous dater de la même période) et éventuellement le mouvement littéraire auquel chacun peut appartenir.

* la ou les thématiques développées.

* les objectifs poursuivis par chacun des auteurs.

* les registres littéraires prédominants.

Etape 3 : Lire la ou les questions posées et les analyser :

* Elles portent en général sur plusieurs documents. Il faut cibler le but précis de chaque question. S’agit-il ?

- de « relever » des différences ou des ressemblances ?

- de « repérer » les idées essentielles défendues par les auteurs ?

- de « commenter » leurs genres ou leurs registres/tonalités ou leurs visées ou leur structure ?

- de trouver certaines figures de rhétorique et leurs effets sur le lecteur ?

- etc.

* Ne pas hésiter à relire sans cesse la question, et lire et relire les textes proposés, sans s’éloigner d’eux : il s’agit de les analyser, pas de délayer des propos généralistes.

Etape 4 : Rédiger la ou les réponses :

Conseils divers :

* Les réponses doivent être entièrement et correctement rédigées. Pas d’abréviations !

* Il faut replacer les documents analysés dans leur contexte (historique, culturel, littéraire, auteur, …).

* Les réponses doivent être précises, s’appuyer sur des éléments précis des documents, sur des procédés de langue et de style à relever et à analyser.

* Chaque élément relevé doit être cité avec exactitude et entre guillemets. On l’analyse en s’efforçant de le nommer, de la qualifier et de l’interpréter pour éviter la paraphrase.

* On exploite les informations tirées d’un document pour répondre à une question sur d’autres documents.

Longueur : Deux pages.

Méthode : On construit un plan rapide et détaillé de la réponse : il faut structurer la réponse en :

- une courte introduction qui : a) présente tous les textes concernés en donnant le nom de l'auteur, le titre de l’œuvre dont il est extrait, sa date d'édition. b) expose les mots-clés de la question (pour montrer qu’on a compris les enjeux de la question). c) présente le plan qui va être suivi.

- un développement qui répond à la question de manière précise, en citant le texte et en analysant le style quand c'est possible. Il est nécessaire de comparer sans cesse les textes. Pas de sous-parties : le développement se présente sous la forme d'une série d’arguments qui répondent à la question, séparés en deux ou trois paragraphes.

- une courte conclusion qui répond définitivement à la question.

Publié dans Méthodologie

Commenter cet article