Bilan de la 2ème session d'oraux blancs de français

Publié le par Yann Le Texier

NB. Ce bilan a été effectué sans les fiches de ceux qui sont passés avec M. Breger. Je compléterai si besoin est, mais je pense que c'est déjà complet...

Des améliorations notables ont été constatées entre les deux sessions d'oraux blancs. Toutefois, il reste des défauts importants dans de nombreux exposés et entretiens. En voici un aperçu. A vous de faire ce qu'il faut pour qu'ils n'apparaissent pas le jour de l'oral officiel !

1- L'exposé :

* Points positifs :

- la durée de 10 minutes a été globalement respectée. Entre 9 et 11 mn, vous respectez ce qui est demandé. En-deça (moins de 9 mn) ou au-delà (plus de 11 m), dites-vous que cela sera sanctionné.

Conseil : s'entraîner sur plusieurs textes dans les conditions réelles de l'examen et surveiller le timing en cours d'exposé afin de parvenir aux 10 minutes. Avoir une montre en face de soi pendant l'exposé.

- la méthodologie du déroulement de l'épreuve est globalement acquise.

- l'expression orale est en général, sauf exceptions, correcte et évite le langage familier. Des erreurs de liaisons ont été observées.

Conseil : comme le dit Boileau au XVIIè siècle, « ce qui se pense bien s'énonce clairement » : exprimez-vos par des phrases simples. La simplicité (grammaticale) du langage n'est pas la simplicité de la pensée.

- les lectures des textes, assez souvent, n'ont pas été hésitantes, et souvent ont été bien accentuées.

Conseil : s'entraîner chez soi sur les vingt premières lignes des textes lecture analytique, en s'enregistrant pour se réécouter. Repérer ainsi les moments des textes qui vous posent problème.

* Un certain nombre de candidats ont oublié ou mélangé certaines étapes obligées de l'introduction de l'exposé : présentation du texte et de l'auteur, lecture du texte, rappel de la question posée, annonce du plan.

Conseil : suivre systématiquement le même ordre que celui rappelé ci-dessus.

* En ce qui concerne la présentation du texte, elle a parfois été réduite à la seule citation du nom de l'auteur et du titre de l’œuvre. À l'inverse, il ne faut pas que cette présentation dépasse 50 secondes à 1 minute.

Conseil : Constituer pour chacun des textes une présentation : auteur (appartenance éventuelle à un mouvement littéraire, éventuellement dates de naissance et mort, ce que l'on retient de son œuvre : titre, idée, caractéristique essentielle de son écriture) ; œuvre (titre ; personnages principaux ; intrigue globale ; idées principales) ; pour les extraits d’œuvres intégrales, situer dans l’œuvre (que s'est-il passé avant?).

* Un plan a été généralement proposé. Pour ceux qui ne l'auraient pas fait, c'est une erreur majeure ! Mais définir une notion avant de répondre à la question posée ne peut occuper une partie. De même, la conclusion n'est pas une partie.

Conseil : Après analyse de la question posée par l'examinateur, se fixer deux ou trois parties : une page de brouillon par parties. Analyser ensuite le texte en plaçant sur l'une ou l'autre des feuilles les remarques trouvées.

* Pour de nombreuses questions, il est nécessaire en introduction, avant même l'annonce du plan, de définir assez rapidement une notion essentielle énoncée dans laquestion, ou sous-jacente (ex. la tragédie, le théâtre de l'absurde, le héros). Cela permet ensuite de justifier le choix du plan. Et dans le développement, les réponses données à la question posée, en analysant le texte, le seront par rapport à cette définition première.

Conseil : Lors de la préparation de votre oral, analysez bien la question posée. Si elle est basée sur une notion littéraire ou stylistique particulière, définissez pour vous celle-ci. Cela vous aidera grandement pour analyser le texte.

* TRÈS IMPORTANT : si beaucoup d'entre vous ont cité plus le texte que la première fois, les analyses stylistiques ne sont pas toujours assez nombreuses. Ceci est indispensable pour éviter notamment la paraphrase. Et il s'agit de l'un des objectifs de l'exposé oral : vérifier votre capacité à observer des effets stylistiques et à les lier au sens du texte.

Conseil : Pour (presque) chaque remarque, citer le texte et se forcer à analyser la manière dont cette citation se présente.

* Ne pas s'égarer dans des comparaisons longues avec une autre œuvre : l'essentiel du temps de l'exposé doit être consacré au texte proposé à l'analyse.

2- L'entretien

* Ne donnez pas vos impressions personnelles, sauf si on vous les demande, ce qui est rare. Il faut argumenter par rapport au contenu des textes étudiés, et à des problématiques littéraires. Ce que vous pensez par exemple d'un personnage de roman, de l'intrigue ou de l’œuvre n'est pas le sujet de l'oral. Cette remarque vaut aussi pour l'analyse du texte lors de l'exposé.

* Les documents complémentaires ne sont pas toujours bien connus. Ceci est très pénalisant et provoque un effet très négatif sur l'examinateur. Comme je l'ai répété, chaque texte apporte une part de réflexion dans le groupement de textes (bien comprendre l'intitulé de chaque groupement de textes) et dans la séquence (bien comprendre ce qu'apporte chaque groupement de textes pour répondre à la question problématique de séquence et à l'objet d'étude.

Conseil : Rédigez pour vous (pas dans le corpus de fin d'année!) quelques lignes pour chacun des documents, textes ou images : résumé de ce qu'ils expriment, date, époque concernée par le contenu, genre + lien avec le reste des documents de la séquence. Entraînez vous à comparer les différents documents d'un groupement de textes, mais aussi un document avec chaque texte en lecture analytique de la séquence (comparaison par rapport aux idées des textes, sur leur forme, sur les objectifs de leur auteur, sur les stratégies pour transmettre leurs idées et émotions, etc).

* Pour rebondir sur ce qui précède et me répéter (la répétition est pédagogique !), les seuls documents qui guident l'examinateur sont les descriptifs de séquence. Il regarde : la problématique générale (tous les textes, documents, travaux divers contribuent à y répondre) ; la liste des documents et les relations qu'ils ont entre eux (la raison de leur choix par l'enseignant de la classe) ; l'inscription de tous les documents étudiés dans l'objet d'étude du programme de 1ère ; les synthèses et travaux divers effectués par la classe.

Conseil : Reprenez chaque descriptif de séquence attentivement et demandez-vous :

- si vous connaissez tous les documents de la séquence (que disent en résumé chacun des textes ? par exemple).

- si vous êtes capables de comprendre pourquoi chacun des documents est présent dans la séquence : lien avec l'objet d'étude, avec la problématique générale de la séquence, avec les documents du même groupement, avec tous les autres documents de la séquence.

Ces liens peuvent être ceux : du genre (théâtre, roman, essai…) ; du sens (regard sur l'autre, …) ; de l'évolution de l'écriture littéraire (3 textes romanesques en lecture analytique = 3 étapes de l'évolution de la perception du personnage romanesque).

* Les connaissances littéraires ont été parfois très imprécises et parcellaires. Il est par exemple inévitable que, dans une séquence sur le tragique, vous puissiez être interrogés sur la définition du registre tragique, sur la tragédie classique (XVIIè siècle) ou même sur les origines antiques du genre. Il est logique d'être interrogé sur le « Théâtre de l'absurde » dans la séquence sur En Attendant Godot, et sur l'Absurde selon Camus dans la séquence sur L'Étranger.

Conseil : Faîtes-vous des fiches sur :

- les mouvements littéraires

- les genres et sous-genres

- l'évolution des formes de chaque genre (poésie, roman, personnage de roman, théâtre)

Soyez aussi attentif à ce qui est écrit en bas des fiches de descriptifs de séquences (synthèses thématiques) : vous devez savoir répondre sur ce qui est mis en avant dans cette case.

Pour ce faire, utilisez les pages de synthèse des manuels (le vôtre, ceux du CDI). Internet est un grand fouillis, avec des pages souvent trop complexes ou mal faites !

* Écoutez bien les questions posées pour ne pas imposer ce que vous voulez dire. Vous devez montrer que vous possédez une certaine culture et des capacités de raisonnement. Ne dites pas à l'examinateur que vous lui avez déjà expliqué ce qu'il demande : si la question paraît ressembler à une précédente, c'est qu'on vous demande de rectifier ou de préciser. En somme, on vous donne une deuxième chance de mieux répondre.

Ne répétez pas sans cesse la même chose : les questions posées sont différentes et appellent des réponses variées.

Conclusion : Le travail personnel permet d'atteindre au moins la moyenne. Il est aussi aisé de gagner quelques points qui seront peut-être très utiles en fin de Terminale pou obtenir le baccalauréat ou atteindre la mention désirée.

3- Autres conseils en vue de l'épreuve finale (valables pour certains pour l'épreuve écrite)

* Arrivez le jour de l'examen final 30 minutes avant la date indiquée sur votre convocation.

* Partez de chez vous bien avant l'heure afin d'avoir une marge de temps pour réagir aux aléas du jour : embouteillages, voiture en panne, …

* Préparez la veille le matériel nécessaire :

- convocation

- papier d'identité (carte d'identité -non scolaire-, passeport)

- corpus que je vous remettrai (reprise de tous les documents de l'année)

- important : le manuel et l'ensemble des œuvres lues intégralement en cours d'année

- montre (et non téléphone) pour mesurer votre temps de passage lors de l'exposé (vous la posez sur la table devant vous)

- plusieurs stylos, surligneurs, …

- eau

* Pour les fumeurs, pas de cigarette avant l'oral : votre haleine peut indisposer l'examinateur placé à un ou deux mètres de vous ! Pas, non plus, de repas épicé ou à l'oignon... !!!

* Inutile de réviser jusqu'à la dernière minute : dormez bien la veille au soir.

* Pendant l'exposé et encore plus pendant l'entretien, regardez (au moins de temps à autre) l'examinateur : c'est un dialogue, vous vous adressez à lui.

* Connaissez vos défauts pour les masquer ou savoir les gérer à votre manière. Impossible de vous donner des conseils sur la gestion de votre stress personnel : vous devez apprendre à vous connaître et à trouver des stratégies pour vous en sortir à tout prix. L'examen oral se joue aussi sur cet aspect !

* Ne soyez pas déstabilisé par un examinateur qui :

- ne vous regarde pas

- regarde ailleurs

- regarde sa montre

- semble distrait

- fait des mimiques désagréables devant vous, comme en réaction à ce que vous dîtes

- a un défaut physique ou d'élocution qui retient votre attention

- se balance sur sa chaise

- etc etc etc

D'expérience personnelle en tant qu'élève, puis examinateur et observateur de collègues examinateurs, les impressions sont souvent trompeuses... Et l'important est de jouer parfaitement son rôle de candidat consciencieux, sérieux et motivé.

Bilan de la 2ème session d'oraux blancs de français
Bilan de la 2ème session d'oraux blancs de français

Publié dans Epreuve orale

Commenter cet article